L'Appui à la vie

Cahiers de jeunesse de Denise Bardet, institutrice à Oradour-sur-Glane 1920-1944 -
Nouvelle édition enrichie de documents inédits.

Cet ouvrage sur la Seconde Guerre mondiale vous permettra de découvrir :

  • Des personnalités fortes en vie qui affichent vitalité d’esprit et d’âme, profond désir de vivre leur vie de femme alors que le monde autour n’est que chaos grandissant.
  • Une conscience aiguë de l’existence et du temps présent tout en refusant de céder au désespoir et à la haine de ceux qui haïssent.
  • Des témoignages et des écritures intimes en période de guerre.
  • Une grande leçon de vie.
  • Des femmes qui rayonnent par leur humanisme salutaire.
  • Comment vivre avec une histoire familiale marquée par les conflits à travers les générations.

Le mot de l’éditrice

Les Cahiers de jeunesse de Denise Bardet ont rencontré un large public depuis leur première parution en 2002. Plus saisissant encore, ils ont été mis en voix, parfois théatralisés, ils ont suscité un certain nombre de créations culturelles variées et remarquables, partout à travers la France. Cet impact illustre combien les écrits de Denise nous touchent, combien cette jeune femme rayonne par son humanisme salutaire. Aujourd’hui plus que jamais, parce que le destin de Denise Bardet ressemble à celui de tant d’autres femmes frappées par les guerres ou les régimes totalitaires, sa voix résonne toujours et encore d’une façon singulière. Près d’un siècle après. J’avais à cœur de prolonger son écho en publiant ces Cahiers augmentés de documents inédits qui croisent plusieurs voix. En particulier celle d’Etty Hillesum, une jeune femme qui a laissé une importante œuvre littéraire dont Une vie bouleversée, un vibrant journal intime (1943).

L’auteure et les contributeurs

Denise Bardet était institutrice à Oradour-sur-Glane en 1944.

Jean Bardet, passeur de mémoire, est le seul neveu de Denise.

Marie-Noëlle Agniau est professeure de philosophie et auteure de recueils de poésie.

224 pages – 150 x 200 mm / Parution : 5 juin 2024

Disponible aujourd’hui à la commande, le livre sera expédié dès qu’il nous arrivera de l’imprimeur.

ISBN : 978–2494–830–080 / Prix public TTC : 20 €

 

L’ouvrage en pointillé

Publier le journal de l’institutrice disparue à Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944 a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Près d’un siècle après, la voix de Denise résonne d’une façon singulière. Son féminisme tonique et sans concession, nous nous y associons sans peine. Sa lucidité sur la montée des périls est une invitation à la vigilance. Sa soif de découvertes, de savoir, ce sentiment qu’on est mieux dans la solitude que dans les petites médiocrités de la vie, on les retrouve parmi les jeunes générations. Et ce besoin d’absolu, d’élévation, cette exigence tenace, elle nous concerne, elle nous séduit. Denise est bien notre contemporaine.

Les Cahiers : Denise Bardet tenait un journal qui montre une farouche indépendance d’esprit et une culture étonnante dans un contexte rural. Elle y raconte son métier, ses petits bonheurs instinctifs, son approche très sensuelle de la nature, ses émotions littéraires, ses interrogations existentielles, ses élans vers un humanisme plus éclairé. Elle porte également un regard lucide sur cette Allemagne abandonnée à un «sombre génie» et sur la montée des dangers.

  • Le texte original est enrichi de plusieurs documents inédits qui en éclairent et en prolongent la portée aujourd’hui : 

Des lettres inédites de Denise adressées à sa mère, à son petit frère ou à son fiancé. Cette correspondance choisie offre une autre proximité, une autre intimité que celle des Cahiers. On y découvre ainsi des traits de Denise jusqu’ici inconnus. 

Deux lettres d’Ernestine, la grande amie de Denise rédigées avant (2000) et après (2002) la publication des Cahiers.

Être à Oradour à l’ombre d’un cahier : il s’agit de la contribution de Jean Bardet, le – seul – neveu de Denise. Il explique comment les cahiers de sa tante se sont inscrits dans sa vie, son histoire familiale, son enfance et son développement, et comment il a réussi à en mesurer la force, la vitalité, la puissance intellectuelle pour enfin transcender cet héritage. 

Une lecture croisée des écrits de Denise Bardet et d’Etty Hillesum, une intellectuelle juive morte en 1943 à l’âge de 29 ans, auteure d’un vibrant journal intime Une vie bouleversée. Marie-Noëlle Agniau, professeure de philosophie, s’est intéressée à l’écriture intime en temps de guerre et aux personnalités fortes en vie, à l’image de Denise et d’Etty Hillesum qu’elle met en parallèle pour le commun tragique de leur courte existence, mais surtout pour leur même humanisme rayonnant, salutaire. 

  • À l’occasion du 80e anniversaire de la tragédie d’Oradour, les originaux des Cahiers seront confiés au Centre de la mémoire (CMO). 

L’auteure et les contributeurs

Denise Bardet était institutrice à Oradour-sur-Glane en 1944. Le 10 juin 1944 –elle devait fêter ses 24 ans – sa vie s’arrêta comme celle de ses élèves.

Jean Bardet est le seul neveu de Denise. C’est sous sa direction que la publication des Cahiers de sa tante a vu le jour en 2002, comme un devoir de mémoire. À l’occasion du 80e anniversaire de la tragédie d’Oradour, il confiera les originaux des Cahiers au Centre de la mémoire (CMO) qui les préservera du temps, des variations de température et des aléas de toutes sortes.

Marie-Noëlle Agniau est professeure de philosophie, auteure de recueils de poésie. Elle s’est intéressée à l’écriture intime en temps de guerre et a croisé les voix de Denise Bardet et d’Etty Hillesum, une intellectuelle juive morte en 1943 à l’âge de 29 ans, auteure d’un bouleversant journal intime Une vie bouleversée.

Feuilletez les premières pages

Envoyez votre nom et votre e-mail et nous vous enverrons l’extrait.

    Les commentaires de nos lecteurs/lectrices

    Merci de partager vos impression de lecture ICI. Votre avis apparaitra ensuite à cet endroit.

    Ce qu’en dit la presse

    France 2 a consacré la matinée du 10 juin 2024 à la tragédie d’Oradour-sur-Glane du 10 juin 1044. Un très joli éclairage a été fait à Denise Bardet avec une interview de son neveu, Jean. C’est à revoir ICI. Le passage dédié à L’Appui à la vie est à partir de 1h 15m 22s.